Get Adobe Flash player

Ca change des cyclosportives

 

Un  peu saturé après 17 années de cyclosportives je pense au Grand Colombier que j’ai escaladé il y a 11 ans pour la 1ère fois. Habitant au nord de Lyon, j’étais venu à vélo, 96 km jusqu'à Artemare pour faire l’ascension par Virieu. J’avais eu beaucoup de difficultés pour passer les 22%, d’une part à cause du braquet 32x23 que j’utilisais dans les cyclos de haute montagne à l’époque et d’autre part,  à cause de la route mouillée où il me fallait faire le maximum de poids sur la roue arrière tout en étant en danseuse pour ne pas patiner. L’année dernière, je l’ai monté par Culoz à l’occasion de l’Etape du Tour de l’Ain avec un braquet de 33x25. Cette année je suis revenu, toujours  à vélo, pour avoir une idée du temps qu’il me fallait pour monter par Virieu et reconnaître où étaient les pinces de contrôle à Anglefort et Culoz, une semaine avant de tenter les  4  faces.

6 Août 2008, c’est le grand jour, il fait beau, température idéale, je poinçonne ma carte à 9h10 à Artemare, je pars tranquillement, pas d’échauffement et j’arrive au  carrefour de la route de Lochieu juste après les 22% que j’ai passés sans trop de difficulté avec 33x27 en 55 minutes (57 minutes en  reconnaissance). Comme j’avais mis 20 minutes pour  atteindre le sommet depuis ce carrefour,  cela va me faire la 1ère montée en 1h 15’, trop vite : je suis  venu avec l’objectif de faire les 4 faces en moins d’1h30 par face, je coupe donc mon effort, profite du paysage et j’arrive au sommet en 1h 17’20’’. Je poinçonne ma carte et je descends à Culoz pour attaquer la 2ème montée. Le départ est un peu laborieux, c’est normal à 62 ans, le coup de pédale revient et je passe les passages à 14%  facilement avec mon braquet de 33x27. J’arrive au sommet en 1h21’56’’, descente sur Anglefort  arrêt au square pour préparer 2 bidons de boisson énergétique et c’est reparti pour la 3ème ascension que j’effectue avec plus de difficultés en 1h 23’ 58’’. Descente à Champagne avec un court arrêt à la fontaine de Fromentel pour préparer à nouveau mes bidons. C’est partie pour la dernière montée, la plus facile heureusement, la fatigue se fait sentir. J’arrive au carrefour de la route de Virieu un peu avant la fontaine de Fromentel en 1h, je sais maintenant que c‘est gagné pour moins d’1h 30 par face. J’atteins  le sommet en 1h 24’. J’ai passé au total avec les descentes 7h 17’ sur le vélo pour ces 138 km, en autonomie complète et sans prendre de repos entre les ascensions. J’avais gardé la condition physique d’il y a un bon mois sur l’Ardéchoise vélo Marathon, l’Ariégoise et la Luc Alphand.

 

Alain DESPLACES - Août 2008