Get Adobe Flash player

Une belle revanche

En 2006, après 3 faces du Ventoux le 10 juillet, nous avions décidé de remettre le couvert et de nous attaquer au Grand Colombier, le 26.

Lors de la deuxième ascension, dans la partie la plus pentue, le passage de 1,5km à 19%, mon plateau s’arrachait me contraignant à la marche à pied sur quelques hectomètres. Je terminai alors l’ascension sur le 2ème plateau mais, faute de pouvoir réparer le jour même, le Grand Colombier n’ eut pas ce jour là deux nouvelles maîtresses !!!

Ma coéquipière et amie ayant renoncé à la 3ème ascension à cause de la canicule régnante mais aussi par solidarité, nous nous promettions alors de prendre, un jour, notre revanche.

En cet été 2008, notre déplacement vers l’Alsace pour un tour de cette région en cyclo-camping, nous permettait, en faisant un petit détour, d’ aller à nouveau nous confronter aux terribles pentes du Colombier.

Donc , le 9 juillet, nous voilà à pied d’ œuvre. Première ascension par Culoz, versant qui présente les plus belles vues, deuxième ascension par Artemare, de loin la plus exigeante avec ses 2 bons kilomètres à 14% et son kilomètre et demi à 19% (20% s’affichera même sur mon compteur), troisième ascension par Anglefort, loin d’ être facile, voilà le programme prévu, même si chacune d’ entre nous avait sans trop oser le formuler, une petite envie de terminer par le Champagne dont nous avions été privées il y a deux ans.

Le passage à 19% avait eu raison, dans un passé plus lointain, d’ une manivelle pour ma coéquipière et était venu à bout de mes vis de plateau il y a deux ans. Cette année, ce sont mes quadriceps qui ont un peu souffert avec quelques douleurs annonciatrices de crampes, phénomène inconnu de moi avec pourtant 35 ans de cyclotourisme à mon actif !!!

Arrivée au sommet pour la troisième fois, nous descendons vers Champagne au pire pour découvrir cette version, au mieux pour tenter une 4ème montée.

A 17h30, nous finissons de nous ravitailler, et décidons d’ attaquer la 4ème grimpée. Au bout de quelques kilomètres, dans le passage à 14%, mes muscles résistent, les signes annonciateurs de crampe ont disparus. Nous savons que c’ est gagné, nous irons maintenant jusqu’ au bout.

Un arrêt photo provoqué par la lumière exceptionnelle éclairant la croix du sommet, permet juste avant le dernier lacet de reprendre un dernier souffle avant la ligne droite finale longue, longue, longue…

Il est 19h15. Personne au sommet pour perturber notre bonheur d’ avoir réussi de belle manière notre objectif. Quelques photos qui seront à classer parmi celles que l ‘on n’ oublie pas, et il faut redescendre de notre petit nuage et rapidement regagner notre camping à 10km de Culoz si l’ on ne veut pas utiliser l’ éclairage pour finir.

La lumière rasante du soleil de 20h me permet de réussir, dans la descente, quelques magnifiques clichés sur le Rhône et le Lac du Bourget.

Ma colère de 2006 m’ à motivé pour aller encore plu loin cette année.

Privée de Champagne ( 3ème et dernière ascension prévue alors ) le jour de mon anniversaire en 2006, cette revanche nous a permis d’ atteindre et même de dépasser notre objectif et à donner au Grand Colombier deux nouvelles « Grandes Maîtresses ».

Adieu, le Grand Colombier, et sache que si je reviens sur tes pentes ce sera pour n’ en gravir qu ‘une !!!

Il faut savoir ne pas abuser même des meilleurs choses…

Nicole MASSOL  - C.R.ALBI (81) en compagnie de Maylis MESSAUT - Espors Lonsois (64)  - Juillet 2008