Get Adobe Flash player

NOTRE DEFI 2017

 

 

C’est fait, nous sommes pour la troisième fois Florian et Georges, Finisher du défi Bugiste, Alain, avec ses douleurs et le manque de km dans les jambes cette année,  abandonnera mais ce n’est que partie remise, nous avons affaire au recordman du défi bugiste.

En résumé, le défi Bugiste consiste à gravir les quatre faces du col du Grand Colombier et les deux faces du col de la Biche et faire ceci sur la journée pour plus d’infos vous pouvez consulter le site www.felesducolombier.fr  où vous trouverez le règlement, le parcours ,palmarès  etc …

Comme pour les défis Bugistes précédents, nous sommes accueillis chez le recordman de ce Défi Alain SAVEY (4 réalisations à ce jour). Nous passons une excellente soirée en compagnie d’Odile son épouse, toutes les conditions sont réunies pour nous faciliter la tâche, merci Odile …

Nous faisons sonner la montre à 1 h 45 , petit déjeuner pris nous sommes au volant des véhicules à 2 h 30 . Nous laissons une voiture au col du Colombier endroit très stratégique puisque nous y passerons quatre fois, la deuxième voiture à Champagne au pied d’une face du Colombier et départ pour une face du col de la Biche.

Il est quatre heures quand nous enfourchons nos montures, tout est calme, c’est génial de rouler la nuit nous écoutons le silence, nous avons la pleine lune, besoin de très peu d’éclairage et la faune travaille, beaucoup de petites bêtes coupent la route, la température est douce. Que du bonheur dans cette première ascension du col de la Biche, les forts % ne font même pas mal aux jambes et pour ma part je choisis de grimper en 39 / 30.

Après avoir pointé au col de la Biche, nous amorçons une  descente prudente, puis arrivons à Anglefort (pointage) pour la première ascension du col du Colombier. Tout se passe bien dans cette ascension, Alain va doucement, Florian assure bien et je choisis encore  mon 39 / 30 et même dans les forts %  ça passe, je m’étonne même…

Il est  8 heures quand nous arrivons au Grand Colombier, 1/3 du défi est réalisé, nous sommes heureux et surtout encore tous bien frais. La descente par Virieu le Petit est impressionnante, des passages à 17 %  et  beaucoup à 14 %, heureusement que nous avons de bons freins, cela nous donne un aperçu de ce que nous allons faire à la montée.

Arrivés à Artemare (pointage), puis nous entamons l’ascension la plus difficile du jour celle qui passe par Virieu le Petit avec les % précités ci-dessus, ça passe bien pour tout le monde, Alain est toujours un petit peu en dessous mais sans plus, pour moi une douleur au genou droit payerais-je mon 39 / 30 va savoir ! Cependant dans les 4 km de Virieu le Petit  où les % sont très forts mon 30 / 30 n’était pas de trop.

Il est 11 h 30 quand nous arrivons pour la deuxième fois au col du Grand Colombier, une bonne collation au camion et c’est parti pour la descente qui nous emmènera à Anglefort. Direction la deuxième face du col de la Biche …Et là c’est sous une chaleur étouffante que nous faisons cette ascension, j’oublie la douleur du genou et choisis encore de gravir cette face en 39 / 30 et ça passe bien, arrivés au col repos bien mérité, Florian pique du nez, et c’est à ce moment  qu’Alain décide de ne pas continuer le défi. C’est raisonnable, Alain n’a pas les km et en plus quelques douleurs, il est important dans toutes les circonstances d’écouter son corps et de savoir dire STOP, bravo ALAIN.

Alain fera la descente avec nous jusqu’à Champagne où nous sortirons de la glacière une bonne collation…J’oubliais nous avons profité d’une fontaine pour faire tomber la température de nos corps.

Alain retrouvera Odile, avec Florian  c’est parti pour la troisième ascension du Colombier  par Lochieu (la plus facile)  et la cinquième de la journée.

Tranquillement nous faisons cette ascension et c’est vers 16 h que nous sommes au col, petite collation au camion puis c’est parti pour la dernière, cette année la route de Culoz étant coupée, nous sommes obligés de faire une nouvelle fois Anglefort (l’une des plus difficiles ascensions pour finir ce n’est pas top).

Nous sommes "cuits", on souffre mais on sait qu’on ira au bout, nous finirons ensemble ce beau et merveilleux défi concocté par la confrérie des fêlés du Colombier dont le chef est Michel PELISSIER.

Nous serons au rendez – vous l’an prochain pour tenter un quatrième défi Bugiste et Alain très certainement pour un cinquième ou sixième…

Nous tenons à vous remercier pour  tous les mails et sms qui nous ont poussés dans ces % de malades, je vous l’accorde nous sommes bien en quelque sorte des FADAS.