Get Adobe Flash player

 

 TOUT DEBUTE PAR HASARD GRÂCE AU MAGAZINE "LE CYCLE"

 

Tout débute par hasard grace au magazine « Le Cycle » qui fait un article sur le grand colombier où passe le tour 2016 avec une adresse de fêlés … ?

Je regarde sur la toile et je vois ce défi de gravir un col "Hors catégorie" 4 fois dans la journée !

Un petit nombre de réussite dans le monde, en France, et seulement 2 en Moselle !

Ces massifs près des Alpes, allez yalla je vais le faire.

Mon pote Jean-Marc, plutôt mini-Sparctacus me dit direct je viens avec !

Objectif le faire après notre stage vélo de l´année dans le Jura mais la pluie toute la semaine remet ça à plus tard.

Ce ne sera que partie remise...

 

05/08/2016

Départ 10h de Moselle, environ 600km jusqu´à destination.

On refait le monde, les filles, nos vies, notre amour pour ce sport si difficile et ingrat.

Après une pause sandwich nous voilà dans ce gîte réservé plus tôt dans l´année.

Dans l´Ain à Belley plus exactement.

Au gite « les Eplantaz », nous accueillent Daniel et son épouse, tout de suite avec la banane et la convivialité. On discute comme si on se connaissaient depuis toujours autour d´une bonne bière déjà. Une douche , des affaires pour le lendemain, puis direction dîner pré-compétitif.

Après un apéro, un petit tour dans le village il se fait tard, en plus rien de génial alors dernière ruelle avec le bon flair de JM.

Bien vu, on atterrie à la table Bugiste par hasard donc.

La carte est simple, 3 menus, pas beaucoup de tables, mais une cuisine traditionnelle, des produits frais, locaux bref une tuerie !

La patronne avec un humour à la Monty Python nous présente le chef , son mari, un cycliste !

On refait la région, le vélo, les parcours de vie, top quoi.

Après une terrible entrecôte avec Pdt, légumes, ce suit un café très gourmand avec glace, cerise, crème brûlée, bref proche du gastronomique. Un de mes meilleurs repas.

Moi sans pasta-party ! Dingue...

On ferme le restau avec presque des amies ;)

Puis un dernier verre après conseil, dans un bar du centre à deux pas.

Chez Julien, le patron....

Du monde, où se mêle, jeunes, fêtards, filles sexys, des mecs où on comprends rien quand ils parlent....Bières belges, puis une DT rouge pffff

JM branchent une fille puis ses copines arrivent et bon je fait pas de dessin quoi, on drague ;)

On finit tard avec Julien, le boss qui nous laissent aussi presque les clefs, aux mosellans ;)

Les filles elles nous prennent pour des malades quand on raconte pour demain.

On rentre déjà la tête plein de souvenirs mais le meilleur arrive, bien sûr on dort pas beaucoup mais vite ;)

 

06/08/2016

ARTEMARE

Nous voilà donc ce fameux matin. La tête dans le brouillard mais un café accompagné de pain d´épices et de banane feront l´affaire, plus pas possible vu le soir d´avant.

Direction Artemare où l´on avait déjà repéré la veille un parking devant les fameux panneaux où il faut donc poinçonner.

Le jour d´avant évidemment on a pas pu s´empêcher de voir ce départ avec la peur au ventre vu ce qui nous attend. Mais toujours avec de franches rigolades.

Préparation des machines puis nous devance un jeune homme que l´on recroisera souvent mais plus tôt que nous évidemment et qui nous indiquera surtout les derniers km de la dernière ascension.

On discute avec un autre futur fêlé mais j´en reparlerais.

Je ne vais pas expliquer les ascension car on peux tout voir de nos jours sur internet mais notre choix c´est porté sur Artemare-Culoz-Anglefort-Champagne en Valromey.

Artemare était difficile surtout le mur de 22% , long en plus, que l´on croyait plus tôt mais non...C´est ici que l´on croise donc ce kiné de Besançon Julien Bernard avec lequel on va sympathiser en finissant ce premier col. Un triathlète de bon niveau ( 3h15 marathon ) qui prépare l´Embrun mais en fixie ! Pour le livre des records. On discute de tout, marathon, prépa, vélo, femmes bref passions communes. Puis ça finit plus vite ;)

Dernière ligne droite terrible ça pique mais j´en garde sous la pédale moi qui adore ça mais il en reste 3 !

8% de moyenne, 20km et de 1 ! Photos ( on va en faire de ce panneau en haut ! )

Pour info à la fin 4800 déniv´, 135 km, 8h15, 10h en tout...

 

CULOZ

Beaucoup de monde ( normal vu que le tour passait par là ) sur ce versant.

De beaux lacets avec le nom des coureurs qui font rêver...

De belles pentes ( 7% ) et un maxi qui fait ( déjà ) mal 14%.

Mais bon, la beauté de la vue sur le Rhone, le lac du Bourget, l´altitude ( plus de 1500 ) font presque tout oublier.

Descente vers Anglefort puis on est à la moitié...Déjà on est membres de la confrérie. On s´est dit c´est toujours ça de pris, on ne sait jamais, à voir ce que l´on nous disait ( un groupe d´un club de la Drome qui se sont arrêté à 3 faces disait c´est déjà beau mais 4 ! et Julien qu´on croise, nous a prévenu sur le prochain selon lui le plus difficile )

Repas vers 14h ( 10h sur le vélo tout confondu donc ) chez une épicerie où la mamie commerçante connaissait le procédé ( tampon sur carte à chaque villes étapes ) et nous a fait de bons sandwichs avec des produits locaux type comté ou jambon, saucissons ( chacun 1 ficelle ;) mais le Coca et la Badoit nous a fait du bien aussi ;)

Le soleil tape bien ( moins que prévu sur Culoz mais là sur Anglefort oh leck ! )

Check bike puis direction....

 

ANGLEFORT

Que dire de ce passage !!!

Le plus difficile selon moi, un début style Ventoux me dit mini-Spartacus alias JM.

10km à 10%, oui c´est long et après ce que l´on avait fait aussi c´était....enfin ça a piqué grave ;)

Puis la moyenne à 7%, la chaleur, le peu d´ombre, 19km,...

Mais on s´est motivé pas à pas, km après km, avec un petit stop ravito à la moitié puis c´est reparti.

Quand le 3éme touchait à sa fin, les mines n´étaient plus les mêmes c´est sûr,, on s´est même posé la question du numéro 4, mais comme on est des warriors ;)

Emjoy on dit toujours alors...Next !

 

CHAMPAGNE EN VALMOREY

19km, 7% les 15 derniers km

Le premier passage permet de refaire le dernier et surtout de souffler avec un faut plat mais après les % d´avant c´était presque ou cela semblait facile ;)

Puis les % sont revenus mais la fatigue moindre comparé à il y a 1h ;)

Environ 1h40-2h05 les montées pas mal.

Cela m´a souvent démangé mais bon 4 faces à gérer quoi ! En l´occurrence JM avait un rythme et puis en discutant ça passe plus vite aussi.

Nous arrivons sur la fin puis malgré une petit pointe de crampe au mollet quand je suis en danseuse dès que les % montent je commence à partir pour lâcher sans prévenir JM vers 6km de notre arrivée. De toute façon il m´avait dit, « toi le grimpeur file » ;)

Seul avec la montagne, la douleur, le mélange fin-joie-abnégation, c´est pour moi toujours comme si je me vidait ma tête, venait de nouveau au monde, était prêt à tout affronter maintenant.

Je met un peu de musique motivante, fait des vidéos, la nostalgie m´envahie, puis la combativité joue son rôle et me pousse comme si j´avais le vent dans le dos. Le nom des coureurs, la vue de la croix, mon vélo, mon souffle, mon sourire me boostent encore et encore.

Je fais signe à JM dans haut que je vois en tout petit „ vas-y champion“, avec comme seul vue la vallée, les virages, les pros qui ont du galérer aussi, j´imagine la foule qui hurle...

Puis je vois la ligne, les touristes au sommet qui me voit encore et qui doivent ce dire il est fou ce type ( en même temps je bosse en psy ;)

Ligne franchit style sprinteur, la photo du «  yes ! »  prit par un couple en moto où la femme dit « ca va en combien de jours les 4 faces ? »avec son mari qui lui dit « mais non en 1 jour ! » où elle hallucine...

JM arrive, oui mon pote on l´a fait ce truc de dingue !

Embrassade, joie, 4 !!!!!

La descente parait rapide,insouciante, magnifique.

Sympa, Julien nous laissera sa carte avec ce mot „ bravo aux fêlés „

 

Après un stop dans un restau du village pas le choix vu l´heure ( on refait le tracés évidemment ) retour direction gîte où la discussion est rapide autour d´une bière bien sur car l´envie d´aller voir Morphée arrive à grand pas ;)

 

07/08/2016

Un bon petit déjeuner et un café pour nous réveiller, puis on prend congé de ce super gîte avec un plaisir sans nom d´y retourner un jour on ne sait jamais...

Arrêt presque obligatoire dans des commerces de produits régionaux.

A Hauteville-Lompnes dans la vallée, on y trouve un couple super sympa et passionné pour des fromages de brebis et chèvres.

On goûte, achète, partage ;)

Arrêt encore à Brénod, dans une fromagerie à Comté, et autres ;)

On roule vers le grand est, et particulièrement jusqu`à St-Pierre, une brasserie alsacienne ( on refait le stock )

Fin du séjour, riche en émotion, partage, et souvenir...

 

Que dire en résumé...

 

On est devenu des grands maîtres ;)

 

 

Philippe BABE et Jean-Marc BRAKE - 6 août 2016