Get Adobe Flash player

LE DAUPHINE - Août 2016

SERRIÈRES-EN-CHAUTAGNE  "Ils sont entrés dans la confrérie des “Fêlés du Colombier”

 

Ils sont entrés dans la confrérie des Fêlés du Colombier

Créée en 2015 par une équipe de passionnés des sports d’endurance, la Team FMR permet à ses adhérents de s’illustrer sur des épreuves diverses et variées, comme le triathlon, l’ultra trail, le trail, les courses pédestres, les raids-multis activités… En attendant leur prochain grand rendez-vous, le triathlon de l’Evergreen qui aura lieu en septembre, certains de ses membres ont décidé de relever, ce vendredi, un challenge de taille : grimper, par ses quatre faces, le Grand Colombier pour rentrer dans la confrérie des Grands maîtres des Fêlés du Grand Colombier.

Pour les non initiés, rappelons que ce col du Haut Jura, peu connu du grand public, qui culmine à 1 505 m, est réputé pour être l’un des cols les plus durs de France. Ses pourcentages vont ainsi jusqu'à 22 %.

4 806 m de dénivelé en 138 km de parcours

Tout cycliste ayant réalisé deux ascensions (une sur chaque versant est et ouest) deviendra membre, celui qui effectuera trois ascensions deviendra maître et celui qui viendra à bout des quatre ascensions deviendra grand maître. Un rapide calcul montre que ce challenge représente 4 806 m de dénivellation en 138 km.

À 7 heures du matin, après un café partagé, huit licenciés de la Team ont choisi de démarrer leur journée par Virieu-le-Petit, la montée réputée la plus difficile. Puis, avant la pause de midi, ils ont enchaîné avec la montée depuis Culoz. Après un copieux ravitaillement, l’équipe s’est attelée à gravir les pentes du Colombier depuis Anglefort, peut-être la plus dure en raison de son dénivelé régulier, sans possibilité de récupération. L’ultime montée, par Lochieu, censée être la plus facile, ne fut pas aisée, en raison de la fatigue accumulée. Finalement, peu avant 19 heures, les cyclistes bouclaient leur défi en franchissant le Col pour la quatrième et dernière fois, heureux d’avoir repoussé leurs limites pour rentrer dans la confrérie, et surtout, de l’avoir réalisé ensemble.

Par Sylvain GORGES Publié le 22/08/2016