Get Adobe Flash player

Le Livre d'Or des Fêlés

 

Vous trouverez ici des extraits de lettres de Fêlés donnant leurs impressions et nous racontant les anecdotes qui survinrent lors de leurs tentatives. Vous découvrirez que le Grand Colombier apporte souvent de la joie, parfois de la souffrance (en raison des pourcentages et des conditions météo parfois extrêmes) , un émerveillement réel devant les paysages proposés, et toujours le bonheur d'avoir atteint le but que l'on s'était fixé.

Pensez à me les faire parvenir vos impression sur une journée inoubliable. Merci.

 

 

M.G.: 6 septembre  2016

" Encore merci pour cette belle aventure, nous avons eu très chaud, ce fût très dur, mais cela restera inoubliable !"

 

H.M.: 31 août 2016

" Merci pour cette idée farfelue que vous m'avez permis de réaliser. C'était très dur mais quelle fierté d'avoir réussi."

 

M.R.: 31 août 2016

"La beauté des lieux et du panorama , avec le calme et peu de voitures mérite bien une journée d'effort. Cette confrérie des Fêlés du Grand Colombierest une très belle initiative qui valorise ce lieu."

 

M.G.: 28 août 2016

" Nous avons passé une belle journée dans une magnifique région. Merci aux Cyclos d'Hauteville pour cette belle idée ( ou plutôt "folle idée !") "

 

V.A.: 13 août 2016

A propos de la "journée cyclo" du mois d'août: "Merci encore pour votre accueil au sommet par cette belle journée, ça restera un très beau souvenir"

 

P-E.M.: 13 août 2016

A propos de la "journée cyclo" du mois d'août: "Ce fut un des plus beaux jours de notre vie!  La réception au sommet fût grandiose et à fait très vite oublier très vite les pentes à 14%. On va devenir des fidèles, c'est certain...

Pour monter le passage à 22%, à part une dose de folie, faut-il changer de développement ou faut-il changer le cycliste et ses cuisses ?"

 

C.T.: 10 août 2016

"Difficile mais magnifique "

 

L.V.: 3 août 2016

"Ce rendez-vous cyclo est une très belle aventure, exigeante, faite de solitude et de profonde amitié"

 

V.B.: 2 août 2016

"Je tenais à vous remercier d'organiser ce défi sans lequel je n'aurais probablement jamais eu l'occasion de visiter ce coin magnifique ou de savoir que je pouvais faire 4800m de dénivelé dans la même journée."

 

J-C.M.: 26 juillet 2016

"J'en garderais le souvenir d'une épreuve très difficile. Les routes sont étroites avec peu de visibilité et c'est la première fois que je dois m'arrêter dans une descente pour laisser refroidir les jantes !"

 

T.C.: 23 juillet 2016

"What a fantastic but very tough challenge! I really enjoyed the day and all the four faces were very different."

 

S.S.: 20 juillet 2016

"Je me suis découvert une passion et de super sensations. L'arrivée au sommet au petit matin était juste magique !"

 

A.T..: 18 juillet 2016

"Terrific Tourride on the Grand Colombier and fantastic views of the lacets!"

 

C.A.: 11 juillet 2016

"Je reviendrais certainement car j'apprécie beaucoup le paysage. L'organisation des "journées cyclos" par les offices de tourisme et les Fêlés sont très agréables et les gens sont super sympas"

 

C.D.: 28 juin 2016

"Superbe journée qui restera longtemps dans ma mémoire. A rééditer une prochaine fois."

 

A.D.: 21 mai 2016

"Superbe journée avec peu de voitures, de nombreux vélos et une nature sauvage omniprésente. Merci pour l'organisation de ce défi unique et précieux pour la région."

 

S.B. 27 septembre  2015

"Thank you for setting the challenge, it was a great experience, Grand Colombier is a beautiful mountain with very quiet roads."

 

R.D.: 5 septembre  2015

"Quelle magnifique expérience que de monter ce magnifique col, qui plus est par ses 4 faces en une journée. Un rendez-vous avec la nature, le calme, la solitude face à la grandeur des lieux  et face à son effort."

 

R.W.: 9 septembre  2015

"It was a exciting experience, especially the climb from Artemare showed up our limits."

 

J.B.: 5 septembre  2015

"Ce fut une expérience mémorable, un parcours sportif mais aussi une exploration touristique et ludique. Je vous remercie d'avoir créé ce défi sportif qui valorise une belle montagne".

 

A.O.: 5 septembre  2015

"That is a very difficult ride. I underestimated the difficulty and overestimated my readiness. I did finish. It was a true challenge. Much of the chalenge was in the mind. I could not believe when I looked at my cyclocomputer that I was sometimes going less than 5 km/h."

 

M.A.: 27 août  2015

"J'ai passé une journée formidable à gravir les pentes du Grand Colombier et à découvrir les magnifiques paysages et villages. Certains passages sont effectivement durs à monter mais la beauté de la région et la contemplation en font oublier les difficultés du parcours. Merci pour cette initiative de cette Confrérie des Fêlés qui incite à découvrir ce mythique Grand Colombier, ça en vaut vraiment la peine!. Je suis fière d'en faire partie."

 

C.G.: 14 août  2015

"Ce massif est un de nos domaines de prédilection. Paysages bucoliques, peu de voitures ce qui permet de gravir les gros pourcentages en passant de droite à gauche de la chaussée ! et fier de ne pas mettre pied à terre car là, on ne remonte pas en selle !!! Un bon terrain pour se faire les jambes !!!""

 

D.D.: 12 août  2015

"Une belle expérience que nous sommes ravis d'avoir réussi."

 

M.L.: 12 août  2015

"Ce fut une formidable journée, cette randonnée n'est pas facile mais quelle joie d'avoir réussi à faire les 4 ascensions !!!... Et de nous en être mis plein les yeux avec de magnifiques paysages."

 

L.M.: 6 août  2015

"Je revis encore cette belle journée dans ma tête, le soir en me couchant. Ma fidèle monture infaillible, l'effort solitaire, ces belles vaches en pâture sur la route, ces panoramas exceptionnels. J'en conviens, c'est vraiment un truc de "Fêlé", du pur plaisir dans l'effort"

 

C.G: 15 juillet 2015

"Je suis heureux de rejoindre la Confrérie du Grand Colombier. J'ai souffert de la chaleur
pour y arriver par un manque d'eau dans les derniers km. La supréme récompense c'est la vue magnifique
une fois arrivé là-haut. j'y reviendrai afin d'en profiter un peu plus longtemps!"

 

D.B.:12 juillet  2015

"C'est un truc de malade cette confrérie. Je ne connaissais pas du tout ce col, c'est chose faite..."

 

N.L.: 21 juin 2015

"Merci pour cette formidable aventure"

 

D.T.: 21 juin 2015

"It is a stunningly beautiful moutain and I am very glad I made the effort"

 

M.H.: 30 mai 2015

"Une journée pour l'histoire"

 

L.D.: 23 mai 2015

"Un col comme le Grand Colombier se doit d'être respecté. Dans chaque ascension il peut nous reserver des surprises."

 

C.P.: 29 septembre 2014

"Je suis fier d'être un Grand Maître de la Confrérie des Fêlés du Grand Colombier - quelle belle épreuve !"

 

T.B.: 15 septembre 2014

"Le Grand Colombier est vraiment un col à part. Magnifique!"

 

J.D.: 13 septembre 2014

"Encore un TRES GRAND MERCI pour cette belle journée"

 

T.S.: 13 septembre 2014

"Nous avons passé une journée inoubliable"

 

J.A.: 13 septembre 2014

"Nous étant mis au vélo depuis peu, c'était notre premier "Grand Col". Nous nous en rappellerons ..."

 

T.B.: 9 septembre 2014

"We made it! "

 

F.D.: 4 septembre 2014

"Merci pour votre challenge, ça m'a redonné l'envie de rouler"

 

L.M.: 3 septembre 2014

"Votre confrérie nous a donné l'occasion de visiter une très belle région de France. Nous avons fait de très belles photos de paysages, il faisait particulièrement beau, la vue sur le Mont Blanc était dégagée. Ce défi nous a permis de nous dépasser physiquement en vélo à travers de splendides paysages. Merci pour tout cela."

 

A.C.: 13 août 2014

"Quelle aventure... c'est très dur !"

 

V.R.: 6 août 2014

"I went yesturday ant it was great. What à mountain !"

 

D.E.: 22 juin 2014

"J'ai mieux compris en arrivant pourquoi on nous conseillait de bien réfléchir avant de tenter de faire plus de 4 ascensions..."

 

Y.C.: 17 juin 2014

"Merci pour ce défi un peu fou.Ce col n'a rien à envier aux célèbres cols des Alpes. Il mériterait à nouveau le passage du Tour de France."

 

P.L.: 11 juin 2014

"Le Grand Colombier est vraiment un "morceau" avec des descentes aussi difficiles que les montées, donc, pas possible de récupérer "

 

T.G.: 15 septembre 2013

"Bravo pour cette initiative de confrérie qui constitue un sacré challenge sportif"

 

J.W.: 14 septembre 2013

"Les images des virages au dessus de Culoz sont passés tous les jours cet été à la télé Flamande et m'ont inspiré d'aller tenter l'aventure"

 

E.B.: 1er septembre 2013

"J'ai passé une excellente journée. Je voulais vous remercier car des défis comme les Fêlés du Grand Colombier, il n'y en a pas beaucoup en France"

 

P.B.: 16 août 2013

"Le Géant du Bugey

Même s'il est moins haut que le Mont Chauve

Même si ses ascensions sont moins longues

Même si son sommet n'est pas pelé

Est tout aussi magnifique que le Ventoux

Avec les voitures en moins

Avec les Alpes et le Lac du Bourget en plus

et 4 ascensions..."

 

D.R.: 10 août 2013

"Ce samedi 6 août fut un bon moment. Vive les Fêlés ... ... je serais obligé de revenir et ça me fera plaisir"

 

D.P.: 24 juin 2013

"Elle est bien jolie votre montagne... c'est vrai, elle ne m'a pas tout dévoilé en début de journée mais m'a récompensé en fin de journée"

 

D.L.: 24 mai 2013

"Une chose est certaine, j'y retournerais, ce Grand Colombier est magique !"

 

C.G.: 28 septembre 2012

"Une journée mémorable sur les pentes du Grand Colombier. Quel beau défi et... quelle montagne!"

 

P.T.: 16 septembre 2012

"Quelle superbe journée! le temps était idéal et la vue sur les Alpes incroyablement dégagée"

 

S.E.: 19 septembre 2012

"Merci pour votre initiative, ce col est superbe quel que soit le versant."

 

M.B.: 15 septembre 2012

"S'attaquer au titre de Grand Maître en pleine canicule était une idée un peu folle! Je confirme que la journée a été longue, mais quel plaisir d'arriver au bout!"

 

P.C.: 3 septembre 2012

"Je me suis dit, le Grand Colombier c'est un "petit col" sinon il serait plus connu. Aujourd'hui, je ne dis plus ça, il vaut largement le Ventoux, je ne peux plus l'ignorer. Il est Grand, très Grand le Colombier! "

 

J.P.: 29 août 2012

"Je suis très content de ma "petite"performance. J'ai apprécié un bon demi à l'Auberge du Colombier avant de redescendre et même un dernier à Culoz avant de repartir!!!"

 

M.B.: 17 août 2012

"Une expérience inoubliable. Merci pour tout"

 

P.D.: 22 juillet 2012

"Le reportage sur votre confrérie lors du Tour de France a été un déclic pour moi! un challenge personnel!"

 

E.L.: 19 juillet 2012

"Au sommet, j'étais complétement dans les nuages (ou sur un nuage? je ne sais plus très bien). Il faisait un froid de canard (ça, je m'en souviens très bien) ce qui rendait les descentes presque plus difficile que les montées..."

 

J.C.: 28 juin 2012

"Que de belles images resterons graver dans ma mémoire de ce défi contre la nature et moi-même."

 

V.P.: 4 juin 2012

"J'ai passé une excellente journée, que du plaisir dans un paysage que j'ai beaucoup apprécié. Longue vie aux Fêlés!"

 

V.S.: 18 mai 2012

"Ce fut une merveilleuse journée et une grande fierté pour l'exploit réalisé."

 

J.L.: 18 mai 2012

"C'est avec fierté que je rejoins les "Fêlés" car l'épreuve a été énorme. Il m'a fallu multiplier efforts intenses, courage et ténacité pour gravir les pentes infernales du Grand Colombier."

 

Jean François PESCHEUX (traceur du Tour de France 2012): "Le Cycle"- décembre 2011

"Le col du Grand Colombier sera classé "hors catégorie". Pour moi, c'est un col beaucoup plus difficile que n'importe quel col des Alpes"

 

V.M.: 4 octobre 2011

"Mon camarade a su me stimuler pour pouvoir rentrer dans cette sympathique confrérie. Personnellement, je n'y croyait pas..."

 

H.M.: 11 septembre 2011

"La difficultè n'est pas exagérée, les paysages sont magnifiques. J'en ai bavé mais j'ai passé une très bonne journée en me faisant plaisir"

 

R.G.: 23 août 2011

"J'avais juste un bidon pour la dernière montée avec une température de 32°C. A 5km du sommet, je ne pouvais plus pédaler. C'était la fin de l'aventure pour moi."

 

S.L.: 1er août 2011

"Ce fut un grand bonheur personnel d'atteindre le sommet de la 4ème face de la journée et je tiens à remercier la confrérie d'exister."

 

H.D.: 16 juillet 2011

Le passage à 22% est terrible mais il permet presque de faire passer ensuite les autres pentes pour d'aimables faux-plats!. Dans tous les cas, le Grand Colombier mérite sa réputation et n'a rien à envier, bien au contraire, au Mont Ventoux !"

 

P.D..: 14 juillet 2011

"J'ai passé une merveilleuse journée dans le Grand Colombier"

 

A.G.: 11 juillet 2011

"J'en ai bavé mais c'était super"

 

P.V.: 6 juillet 2011

"Très belle région - Très belle grimpée. C'est dure mais la récompense est au bout de l'effort. Nous sommes heureux de cette expérience (je n'ose pas dire exploit). Vive la montagne - Vive le Grand Colombier."

 

P.P.: 30 juin 2011

"Cette montée par Virieu le Petit est vraiment terrible et, je dois l'avouer, j'ai mis pied à terre dans le passage à 22%. Même en marchant c'est très dur..."

 

P.M..: 25 juin 2011

"Merci ! super journée"

 

J.S.: 25 mai 2011

"Encore merci pour cette organisation sur ce site aussi fabuleux. Je pense surement revenir un jour..."

 

C.F.: 28 septembre 2010

"6 fois pour cette année, c'est une de plus... Vivement l'année prochaine!"

 

P.D.: 15 septembre 2010

"J'ai réussi, avec un peu de difficulté tout de même pour la dernière montée, les 4 ascensions du Grand Colombier sans descendre du vélo. C'était limite par moment!"

 

C.L.: 12 septembre 2010

"Je me sentais bien préparé pour les 4 ascensions mais ma roue arrière a rendu l'âme au bout de 10km de montée. L'année passée, c'est le cintre que j'avais cassé dans le Grand Colombier. Décidément, le Grand Colombier est très dur pour l'organisme, mais aussi pour le matériel! "

 

A.B.: 28 août 2010

"Je suis parvenu, non sans mal, à boucler les 4 montées du Grand Colombier. La montée depuis Culoz est remarquable avec la vue sur le Lac du Bourget et la vallée du Rhône. La vue au sommet du versant Est est à couper le souffle (quand il nous en reste!)"

 

H.T.: 20 aout 2010

"On a vécu trois jours très beaux et intéressant chez vous dans une région fantastique avec un Grand Colombier qui, vraiment, vaut la peine de le monter plusieurs fois. Inclus la gentillesse des gens autour et l'odeur fantastique des petites boulangeries avec leurs différentes pain/baguettes merveilleux, surtout dans le silence d'un samedi matin, tôt, avant de grimper le Grand Colombier"

 

E.B.: 28 juin 2010

"Quels pourcentages! les montées par Artemare et Anglefort sont terribles pour des cyclos du "Plat Pays"! "

 

B.L.: 10 juin 2010

"Belle randonnée à la Sisyphe que je ne compare pas au Mont Ventoux que je pratique depuis 1988. Le Grand Colombier, c'est quelque chose! Surtout que les 4 faces ne sont pas équivalentes. Je reproche juste à cette montagne de n'être, non pas "trop à l'ombre", mais pas assez ouverte sur les paysages. On peut y ressentir une certaine claustrophobie cycliste."

 

P.A.: 31 mai 2010

"Merci à mon coéquipier Michel de m'avoir entrainé dans cette folle aventure des 4 faces du Colombier. Souvenirs inoubliables."

 

J.C.B.: 31 mai 2010

"C'était ma première montée d'un "vrai" col et je dois dire que je n'ai pas été déçu du voyage...

... En tout cas, l'expérience était fabuleuse, et je reviendrai cet été pour découvrit tout ce que je n'ai pas vu."

 

G.C.: 18 mai 2010

"Ce fut un grand plaisir de monter le Grand Colombier.Merci à vous et à votre confrérie pour cette randonnée qui est très sympa. Montées super, peu de voiture, il y avait encore de la neige  et j'ai tout de même pointé au sommet pour le plaisir de marcher sur la neige."

 

F.F.: 21 octobre 2009

"Région sympa, nous allons y retourner au printemps pour les cols avoisinants."

 

P.G.: 21 septembre 2009

"Merci encore de m'avoir permis de réaliser ce défi qui me trottait dans la tête depuis longtemps."

 

J.M.: 29 septembre 2009

"Venons en à notre folle journée de vendredi, une journée dantesque. Pluie, vent, brouillard, et 4°C au sommet! Mais, avec mon collègue, nous sommes tous les deux "béliers" et les cartes de routes vont vous arriver en fin de semaine: 3 ascensions pour lui et 4 pour moi."

 

R.V.: 16 septembre 2009

"Ca y est, on l'a fait. Un immense merci pour l'existence de ce défi. C'est une expérience éprouvante mais enrichissante et inoubliable. Enorme plaisir de partager cette aventure entre amis et de plus très motivant lors des deux dernières ascensions avec la pluie et le froid qui va avec... Mille merci et longue vie aux Fêlés.

 

H.P.: 8 septembre 2009

"Région magnifique pour la pratique du vélo. Mon épouse et moi même avons profité d'une belle semaine de beau temps."

 

E.S.: 26 août 2009

"C'est la magie de la montagne, impitoyable mais irrésistible malgré tout!! Je conserve un excellent souvenir de mon passage dans votre région, et l'espère avoir l'occasion d'y retourner un jour pour relever le Défi Bugiste, qui sait!

 

Blaise SONNERY (coureur pro équipe AG2R): à l'occasion du Tour de l'Ain 2009

"Il est monstrueux, très long, terrible..."

 

D.F. et J.P.V.: 22 juin 2009

"Philo du bac 2009: est-il absurde de désirer l'impossible ?

Notes du correcteur: Raisonnement développé sur trois pages doubles (montées et descentes), un peu court...

Introduction: Anglefort - La problématique est clairement énoncée, pas de temps mort.

Développement: Artemare - Le coeur du sujet est abordé par un déroulé limpide et facile qui amène logiquement une dialectique ardue voire très abrupte (il semble qu'un des deux candidats est posé son outil pour réfléchir...)

Conclusion: Culoz - Les candidats ne tombent dans aucun piège, le déroulé est très logique et l'aboutissement du raisonnement est sans surprise mais atteint.

Dommage que les candidats aient manqué de temps pour aborder la thématique attendue chez Champagne, d'autant que leurs compétences leur permettaient de l'aborder sans crainte.

Un doublement semble inévitable. "

 

L.P.: 18 juin 2009

"Merci de m'avoir donné cette idée un peu folle..."

 

M.M.: 30 mai 2009

"A la sortie de la foret, un vent froid et de face m'a démoralisé. Au pire, c'est une mauvaise heure à passer, en bas il fait beau et chaud... Au sommet, j'ai cru que j'allais faire les 100 derniers mètres à pied tellement ça soufflait. Comme d'habitude, j'ai voulu pointer ma carte au sommet mais je n'ai pas pu, le vent me l'aurait déchirée. Je pense que ça devait souffler autour de 100km/h. A cet instant le Grand Colombier n'avait rien à envier à son grand frère, le Mont Ventoux."

 

D.P.: 21 avril 2009

"C'était une journée mémorable durant laquelle nous avons connu tous les climats possible. La descente vers Anglefort fut presqu'aussi éprouvante que la montée, tellement le froid, la neige et la grêle nous ont transpercé..."

 

D.M.: 9 Octobre 2008

"Circuit dur - dur! . Compte tenu de mon age, je ne recommencerais certainement pas, mais content quand même. Dernière descente de nuit dans le brouillard, avec un passage à pied pour ne pas perdre la route..."

 

M.R.: 7 Octobre 2008

"Merci pour le diplôme personnalisé et l' envoi des statistiques à jour de ma propre tentative. C'est un plus que je n'avais pas rencontré dans d' autres organisations."

 

D.L.: 5 Août 2008

"Merci pour cette immense journée. Nous avons pris beaucoup de plaisir avec mes 2 collèges. La crevaison qui nous a fait perdre du temps dans la dernière montée nous a, en fin de compte, permis d'admirer un superbe coucher de soleil sur le Mont Blanc"

 

R.B.: 26 Juillet 2008

"Au cours de la dernière montée, la fatigue et la chaleur m' ont épuisé. A hauteur du chalet d' alpage du Colombier, la pluie et la grêle se sont abattus sur nous. Nous nous sommes abrités dans le local à bois du chalet. Michèle et Alain, les occupants du chalet, nous ont invités à rentrer et voyant mon épuisement, Michèle nous a apporté pain, fromage, chocolat et café. Je me suis même allongé quelques minutes. Grâce à leur soutient, nous avons pu rejoindre le sommet et intégrer la Confrérie. Encore merci à eux."

 

P.V.: 21 Juillet 2008

"La vue du Grand Colombier est si belle de la route qui longe le Lac du Bourget que je l'ai mis en fond d' écran sur mon ordinateur. "

 

R.B.: 10 Juillet 2008

"Quel plaisir les 3 premières montées, mais alors, la dernière.... Elle est pourtant réputée comme étant la moins dure... J' étais pourtant presque " à pied" dans les 7 derniers kilomètres...."

N.M.: 9 Juillet 2008

"Il est 19h15. Personne au sommet pour perturber notre bonheur d'avoir réussi de belle manière notre objectif. Quelques photos qui seront à classer parmi celles que l'on n'oublie pas et il faut descendre de notre petit nuage. Il est temps de redescendre."

"Adieu, le Grand Colombier. Et sache que si je reviens sur tes pentes, ce sera pour n' en gravir qu' une!!! Il faut savoir ne pas abuser, même des meilleurs choses."

 

J.B.: 3 Juillet 2008

"Le Colombier avec ses routes presque désertes, c' est vraiment autre chose quand on vient de faire le Ventoux dans la foule."

 

Y.T.: 30 Mai 2008

"Nous étions logé à l' Hôtel Michalet à Artemare, que nous recommandons fortement. Accueil chaleureux, préparation d'un dîner spécial la veille de notre tentative,  préparation d'un "plateau petit déjeuner spécial cyclistes" pour 5h du matin, et après notre tentative, on nous a servi un repas à 21h. C'était vraiment sympa"

"La région est magnifique, les gens sont adorables. Nous avons passé un agréable séjour en Bugey, c'est sur, on reviendra."

 

M.M.: 4 Mai 2008

"Après avoir lu tous les exploits sur le site internet, dont celui de Jean Allexant, 4 fois "Grand Maître", mon petit fils, qui a 16 ans et pratique le triathlon m'a dit: "Papy, tu pourrais en faire 5 ?"

Je lui ai répondu tout de go: " 5? non - mais 6, je peux"

Ce qui est dit est dit....

Ndlr: ...et fait. Et même plus que bien fait avec 8 X 4 ascensions...

 

D.D.: 3 Octobre 2007

"Même si je n'ai pas eu le plaisir de terminer ma 3ème ascension, pour une première année de route, cela reste une belle expérience à renouveler au plus vite. Dès l'année prochaine si tout va bien."

 

L.D.: 13 Septembre 2007

"Ce fut une belle journée dont nous sommes fiers car nous allons faire partie des couples de Grands Maîtres. Bien sur, nous y avons mis le temps, mais l' essentiel n'est-il pas de réussir ? "

 

J.C.G.: 11 Septembre 2007

"Les moments les plus difficiles:

¤ Ce dire que si l'on redescend jusqu'à Culoz et que l'on remonte, la dernière descente risque de se faire de nuit.

¤ Ce faire dépasser dans l'ascension d'Anglefort par un tracteur avec remorque et se refuser de s'y accrocher.

Les moments les plus heureux:

¤ Les mêmes... plus la nuit suivante qui fût certainement le sommeil le plus profond depuis ma naissance."

 

P.C.: 10 Septembre 2007 (concentration)

"Un grand merci pour votre accueil. Le pâté et le saucisson "maisons" dégustés au sommet justifiaient à eux seuls de la montée. J'espère revenir grimper sur votre gros rocher"

A.S..: 9 Septembre 2007

"Au départ, je prévoyais 2 ou 3 montées. Finalement, comme cela se passait bien, j'en ai fait 4... Le plaisir prend le pas sur la fatigue...."

 

L.M.: 27 Août 2007

"A l'origine, je ne pensais réaliser que deux faces mais , finalement, c'était trop tentant! J'ai fini la 4ème ascension dans un état lamentable. Un seul regret, je n'ai pas trouvé le courage de redescendre jusqu'à l'auberge pour prendre un pot. Je l'avais pourtant promis à la très gentille aubergiste"

 

J.F.L.: 5 Août 2007

"Ca y est, j'en suis... Mais que la 4ème face fût dure. J'ai été un peu présomptueux avec mon 39 X 27..."

 

D.M.: 27 Juillet 2007

"Un grand merci au "provocateur" de plaisirs que vous êtes. Je reviendrais"

 

A.C.: 26 Juillet 2007

"Je tiens à remercier l'Auberge d'Anglefort pour toute sa sympathie. Nous étions 14 et il a été possible de prendre les petits déjeuners au grès des départs matinaux de chaque groupe"

 

Y.S.: 16 Juillet 2007

"C'était très dur mais on s'était préparé pour, et le matériel aussi (30 X 27). La région est magnifique et les gens sont adorables, on a passé 4 jours superbes dans un gîte à Montbrésieu. On va sûrement revenir car Pascal est un peu déçu car il n'a pu grimper que 3 faces..."

 

L.S.: 9 Juillet 2007

"Quelle belle aventure et quel beau pays que votre Bugey"

 

E.R.: 8 Juillet 2007

"En tout, cette journée a été exceptionnelle et le panorama est fantastique!!!

Pour le livre d'or, j'aurais signé en disant:"Ce qui est certain, c'est que l'ingénieur qui a tracé la route du Grand Colombier n'était pas un cycliste..."

 

H.M.: 1er Juillet 2007

"Nous avons fait une halte "casse croûte" à l'Auberge lors de la 2ème montée, heureux de s'y restaurer avec vue unique sur le Mont Blanc accompagné de son petit nuage. Nous nous sommes séparés en haut du Colombier, mon compagnon de route  descendait sur Anglefort, moi sur Champagne...

... il ne restera plus qu'à inventer la suite, si elle doit se faire. Depuis que ce point stratégique du Colombier m'est apparu voila 4 ou 5 ans, j'y ai usé les pneus de ma bécane une douzaine de fois. Les environs proches ou lointains me sont devenus familiers et toujours attractifs. Merci de nous faire rêver. J'y reviendrais"

 

J.R.: 18 Juin 2007

"Cette fois, c'est fait !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Après avoir réalisé les 4 ascensions en 2004 et 2005, mais sans carte de route, j'ai remis le couvert cette année, avec la fameuse carte.

En tout cas, quelle aventure et quelles difficultés! On est plutôt content qu'en c'est fini..."

 

G.M.: 27 Mai 2007

"Les routes sont peu fréquentées ce qui est très agréable par rapport à certains cols ou l'on souffre dans la fumée des échappements. Je croise juste quelques cyclos dont un gars de l'Ain qui fait également la randonnée. Nous monterons ensemble la totalité de la dernière ascension par Champagne en discutant tout au long de la montée. Cela nous permet de moins penser à la difficulté, à la fatigue, et aux derniers kilomètres qu'il reste à parcourir. On termine main dans la main, c'est vraiment sympathique."

 

D.S.: 21 Mai 2007

"La veille, j'ai dormi au col, sous la pluie, dans la voiture. J'ai même du la déplacer durant la nuit car le vent violent m'empêchait de dormir. Je ne pensait pas réussir, le matin, en déjeunant, j'étais toujours dans le vent et les nuages

Ndlr: et pourtant, il a grimpé les 4 faces ...

 

D.H.: 10 Avril 2007

"Je n'avais jamais auparavant utilisé un braquet de 34X26 malgré l'enchaînement de plusieurs cols mythiques dans les Alpes ou les Pyrénées...

... je vous remercie de m'avoir fait découvrir un col très dur, de superbes panoramas, et des gens très accueillants."

 

Samuel Dumoulin (coureur pro AG2R a l'occasion de la présentation du Tour de l'Ain 2007

"Le Grand Colombier est sans doute un des Cols les plus durs de France, une montée sèche de 12km"

Ndlr: Et même un peu plus...

 

H.M.: 30 Novembre 2006

"Je suis complètement séduit par cette région du Bugey ... ... au début du printemps quand la végétation est encore en repos et les couleurs faites de dégradés de gris et de bruns sublimes dans leur nudité, à l'été et à l'automne dans les matins brumeux et frileux et les horizons baignés d'humeurs troubles et envahissantes. Je crois avoir franchi tous les cols dans tous les sens mais le besoin d'y retourner m'assaille sans cesse. Cette région m'attire par son apprêté, son isolement, son calme, sa beauté sauvage, son éternelle découverte"

 

P.M.: 10 Septembre 2006

"Merci pour cette journée de galère que tu as su inventer pour casser la platitude de nos sorties dominicales"

 

E.M.: 12 Septembre 2006

"Artemare: la plus pentue - Culoz: la plus pittoresque - Anglefort: la plus difficile - Champagne: la dernière..."

 

C.B.: 14 Septembre 2006

"Ce n'est pas sans fierté (je sais, c'est un vilain défaut...) que je vous annonce que j'ai réussi à hisser mon quasi-quintal sur ces 4500m d'enfer sans mettre pied à terre"

 

G.P.: 24 Août 2006

"Anglefort pour l'échauffement, Artemare le plus gros morceau à avaler, Culoz: pas facile, pour finir, Champagne, bien moins dur avec quelques agréables replats. Je suis satisfait d'avoir gagné le défi que je m'étais fixé pour ma 60ème année de cyclisme..."

 

Maintenant, je suis le doyen des Fêlés. J'espère qu'un Fêlé en sommeil va se réveiller pour venir me détrôner. Ce sera alors mon 2ème défi et déjà je m'y prépare. Bien installé sur mon trône de doyen, il faut bien penser à mon avenir... elle est pas belle la vie..."

 

N.M.: 18 Août 2006

"En vous remerciant pour votre organisation qui a permis de confirmer mon "dérèglement cérébral" ainsi que celui de ma coéquipière...

... Je tiens à remercier le vélociste de Culoz qui a fait son possible et surtout le mécano de "Cap Cool" à Belley qui a su réparer efficacement et dans les plus brefs délais."

 

R.S.: 5 Août 2006

"La journée a été épouvantable à cause de la fatigue, mais sincères remerciements pour l'organisation de ce truc de dingue !"

 

A.L.: 29 Juillet 2006

"C'était bien, c'était grand, c'était beau, il faisait frais, j'ai retrouvé confiance en moi"

 

B.L.: 22 Juillet 2006

"La dernière rampe côté Bugey est impressionnante et m'a paru interminable. Je remercie encore les campeurs qui m'ont payé le café et un morceau de gâteau au sommet de ma première ascension. Je dédie cette accession au club des Fêlés à Romain, toi mon ami disparu. On s'était promis de réaliser ce défi ensemble et je suis sur que tu l'aurais accompli avec beaucoup de coeur et d'abnégation."

 

J.R.: 21 Juillet 2006

"Ce "Défi" était à la hauteur de ce que j'attendais, tant au niveau parcours que paysages. Ca restera certainement surement mon meilleur souvenir de cyclotouriste malgré une accumulation de fatigue assez importante"

 

F.S.: 8 Juillet 2006

"Nous dédions nos 2 titres à Danièle Carraz, membre de la confrérie et qui, victime d'un grave accident de montagne, ne pourra plus jamais faire de vélo. C'est elle qui nous a donné la force de gravir les terribles pentes du Colombier"

 

F.R.: 3 Mai 2006

"... énorme satisfaction d'avoir réussi mais je ne m'attendais pas à autant de difficultés. Le "Défi Bugiste" a été pour moi une excellente préparation pour le raid "Extrême Provence", inoubliable, je le recommande à tous les cyclos que je rencontre au hasard de mes sorties."

 

F.C.: 27 Avril 2006

"J'ai monté le versant "Culoz" l'année dernière, en voiture, pour voir... houlala!!! tout y est génial a par le revètement qui doit rendre la galère encore pire... ... et la     descente coté 19% pfff c'est du délire! Ca se monte ça ?"

 

P.B.: 2 Octobre 2005

"J'ai eu la chance de bénéficier d'une météo clémente pour réaliser ce défi qui me tenait tant à coeur, tant par sa difficulté que pour la beauté du site. Je suis heureux de l'avoir réussi à mon tour, car c'est à ce jour ce que j'ai réalisé de plus difficile!!"

 

M.A.: 20 Septembre 2005

"10 Septembre 2004: Hospitalisation d'urgence avec une phlébite plus une embolie pulmonaire.

20 Septembre 2005: je réussi les quatre montées du Grand Colombier.

Un grand merci pour les médecins qui m'ont sauvé, et aussi encouragé à continuer la pratique de mon sport favori: Vive le Vélo..."

 

G.T..: 16 Septembre 2005

"Malgré le fermeture hebdomadaire de l'Auberge du Grand Colombier, la patronne nous a ouvert sa porte et bien voulu nous faire du café. Merci à elle"

 

D.C.: 10 Septembre 2005

"Si le Ventoux se laisse facilement apprivoiser, Le Grand Colombier est plus ténébreux, quelle que soit la face concernée, il est rebelle et se cabre, les quatre grimpettes laissent quelques traces..."

 

J.T.: 9 Septembre 2005

"Pour vous prouver que nous avons bien fait 3 faces, je vous adresse la courbe donnée par mon cardiofréquencemétre"

Ndlr: Et oui, il faut vivre avec son temps... mais je rassure les inconditionnels des méthode traditionnelles, il est toujours possible de faire tamponner votre carte de route pour homologuer votre tentative...

 

R.F.: 9 Juillet 2005

"Heureusement que j'avais l'équipement nécessaire, trois couches sur le corps plus le "transparent" pour la pluie et les descentes, sans oublier les manchettes, les jambières, les gants et le couvre casque en Gore Tex"

Ndlr: Comme quoi, même en juillet la météo en montagne réserve des surprises...

 

X.D.: 4 Juillet 2005

"Nous avons souvent demandé de l'aide à Saint Glé du Ventoux (nous sommes de ses apôtres) lequel nous exauça par quelques coups de vent salvateurs (quand ils étaient dans le dos)...

Arrivée de la dernière montée vers 21h40, juste pour voir le coucher de soleil face au Mont Blanc. "

 

M.P: 3 Juillet 2005 (Défi Bugiste)

"Température idéale - Stop - Montée de la Biche coté Gigniez et dernière montée du Colombier au mental... mais sur le vélo - Stop - Vent glacial à 21h30 au sommet mais toute la chaîne des Alpes visible et rose, quel spectacle! - Stop"

 

J.H.: 21 Juin 2005

"Neuf d'entre nous, tous équipés d'un développement de 39 X 27,ont attaqué le Grand Colombier par l'accès le plus difficile, c'est à dite Artemare, en se disant que la fraîcheur physique nous permettrais de passer sans mettre pied à terre. Et bien, nous étions sept à devoir nous arrêter !!"

 

Déclaration du leader de notre classement du '"Fêlé le plus lourd" (98kg pour 1m96: 8 Juin 2005

"J'avoue que mon poids n'est pas composé uniquement de masse musculaire et que j'accuse un petit embonpoint d'environ 5 kg dû à la bonne cuisine française et... la bière que je consomme en grands volumes, comme presque tous les Britanniques, et surtout après les grandes sorties à bicyclette"

 

R.R.: 22 Mai 2005

"Ca y est, je suis complètement Fêlé!"

 

F.R.: 3 Septembre 2004 (Défi Bugiste)

"Le Défi Bugiste était une superbe préparation, inoubliable. Je le recommande à tous les cyclos que je rencontre au hasard de mes sorties vélo"

 

Déclaration de Samuel DUMOULIN (coureur pro AG2R): "le Progrès du 25/11/04"

"C'est une très belle ascension, digne des grands cols du Tour de France. Pour un cycliste, c'est déjà une grande satisfaction d'en venir à bout. Dans quel état? C'est un autre problème..."

 

J.G.: 22 Septembre 2004

"La montée de Culoz restera parmi mes plus beaux souvenirs de vélo, le dernier kilomètre de la 4ème ascension parmi les pires... Mais qu'est-ce qu'un kilomètre dans la vie d'un cycliste ?...

Le Grand Colombier se mérite et il doit rien aux Grand Cols des Alpes. L'accueil fort agréable des bugistes est une véritable invite à y revenir... ...Le Grand Colombier, c'est toute une ambiance, une journée de plaisir totale."

 

S.D.: 31 Août 2004

"Nous avons tout passé sur le vélo, même le passage à 19% qui est vraiment affreux. Nous ne sommes pas près de le refaire celui-là !"

 

M.C.: 17 août 2004

"Quel bonheur d'arriver pour la 4ème fois en haut à 20h30, quand il n'y a plus personne. Mort, cuit, caramélisé... on peut crier sa joie sans gêner personne...

Tu devrais conseiller de prendre un coupe vent quand il pleut. Avec le vent, il fait très froid dans les descentes. Et oui, il y a des ânes qui, à 54 ans, oublient encore de prendre un coupe vent..."

 

J.D.: 24 Juillet 2004

"Me voila "Cinglé" et "Fêlé" mais ça, moi, je le savais déjà.

 

G.F.: 2 Juillet 2004

"Voici les cartes de 3 Fêlés s'étant acharnés  2 fois sur les pentes du Colombier (c'est grave d'après nos conjoints mais ça devrait se soigner!) et d'un récidiviste pour qui tout traitement a échoué. Après avoir sévi à 4 reprises il y a 2 ans, des témoins dignes de foi l'ont vu passer à 5 reprises au sommet en ce 1er juillet. D'après ça femme, tout espoir de guérison est maintenant perdu..."

 

C.C.: 29 Juin 2004

"La montée coté Culoz est la plus belle. On se demande quelle bizarrerie est passée dans la tête du personnel de la DDE pour construire une route ici..."

 

B.C.: 17 Juin 2004

"Finalement, quelle que soit la difficulté objective d'une montée, la plus facile est encore celle que l'on grimpe en premier, quand on est frais, et la plus difficile celle qu'on monte en dernier, quand on est cuit...

Les paysages sont vraiment splendides... je vais y retourner en voiture à la première occasion pour mieux en profiter..."

 

JL. D.: 23 Mai 2004

"Malgré mon 20X28, j'ai du utiliser mes semelles de chaussures sur 200m. Quelle pente !! Ca vaut le coup d'oeil !"

 

J.G.: 30 Septembre 2003

"Nous avons profité des derniers jours de beau temps avant le froid pour découvrir le Grand Colombier. Quel magnifique endroit et quel accueil..."

 

C.M.: 21 Septembre 2003

"Moi qui ne suis pas adepte des forts pourcentages, j'en ai avalé pour 10 ans. D'ailleurs, quand vous dite que l'on va plus vite à pied que sur le vélo dans le passage à 22%, j'ajouterais: encore faut-il pouvoir descendre de son vélo!... Quand on est debout, en équilibre, à regarder sa roue avancer de demi-tour en demi-tour, je pense qu'il est plus prudent de rester ainsi jusqu'à ce que ça se calme..."

 

J.P.: 22 Septembre 2003

"Qu'en dire, dans le langage actuel on dirait que c'est dingue, super dingue.

Partant pour 2 faces, j'ai opté pour les deux plus dures. Dans Virieu le Petit, moi qui ne monte pratiquement jamais en danseuse, j'arrivais à décoller la roue avant dans certaines parties... De plus, à 69 ans, je souffre beaucoup de la chaleur d'ou de multiples arrêts"

 

H.C.: 19 Septembre 2003

"Journée merveilleuse, temps idéal, et découverte d'une "sommité" que je ne connaissais pas.

A 8h30, au sommet du Colombier, je rencontre un cyclo. Coïncidence, il porte le maillot des "100 cols", comme moi. En devisant, je découvre qu'il vient de faire "Paris Brest Paris", comme moi, et qu'il habite la banlieue de Rouen, comme moi... Comme nous nous sommes encore croisé 3 fois, nous avons à chaque fois pris quelques minutes pour discuter. En plus d'être un très beau lieu, d' être un beau challenge sportif et cycliste,le Grand Colombier est aussi un lieu de rencontre..."

 

H.P.: 14 Septembre 2003

"Périple bouclé. Bastien a terminé sa 4ème ascension assez fort malgré une défaillance dans les 2 derniers kilomètres. Il voulais le faire l'année de ses 20 ans! c'est fait et nous reviendrons..."

 

S.B.: 24 Août 2003

"Un accueil super au camping d'Artemare, une région superbe (la vue sur le Mont Blanc est toujours magique... surtout 4 fois) et des ascensions à ...couper le souffle.

Bref!!! un super défi... quand il est bien préparé."

 

R.R.: 25 Juillet 2003

"J'ai fait tamponner "Anglefort" au retour car à 4h30 du matin, je n'ai vu que des vaches. Mais, si tu veux une confirmation, téléphone a Seyssel, la nouvelle qu'un "Fêlé" à grimpé 4 fois le Colombier dans la journée a fait le tour du camping...

...Je ne sais pas si je dois te dire merci..."

 

M.S.: 4 Juillet 2003

"Nous n'avons passé que 3 jours dans le Bugey (1 à pédaler et 2 à visiter), mais nous garderons le souvenir d'une région agréable et paisible"

 

S.D: 21 juin 2003

"Après l'effort, le réconfort. Je vous recommande le Vacqueyras de l'Auberge d'Anglefort ou l'accueil est à la hauteur de votre challenge..."

Ndlr: Je ne sais pas si ça fait le même effet que l'EPO mais c'est sûrement meilleur...

 

M.J.: 14 Mai 2003

"J'arrive du Grand Colombier. Parti de Clermont ferrand à 4h et retour à 20h... je ne le ferais pas tous les jours...

Je ne connaissais pas le Colombier et je l'avais sous estimé... dur,dur... Mais c'est magnifique, j'ai vu le Mont Blanc. Les routes sont très tranquilles (j'ai du croiser une dizaine de véhicules dans la journée) et j'ai vu un seul cycliste... il n'y en a pas chez vous???"

Ndlr: Si, il y en a, mais ils ne sont pas "Fêlés", ils ne montent pas en haut du Colombier...

 

O.P.: 12 Mai 2003

"...je ne suis donc que "Membre" mais déjà bien content, compte tenu de la difficulté.

J'ai surtout "porté ma croix" après Virieu le Petit, malgré mon 30X23. J'ai atteint la vitesse "record" de 4km/h mais je suis fier de ne pas avoir posé pied à terre..."

 

G.S.: 19 Août 2002

"C'est avec un énorme plaisir que je vous retourne ma feuille de route authentifiant mes 4 ascensions du Grand Colombier.

Enorme plaisir car cette formule de pratiquer le vélo en toute liberté me réjouis.

Enorme plaisir car les personne sollicitées pour apposer un tampon sur ma carte de route m'ont fait don de leurs rayons de soleil.

Enorme plaisir car, dans l'effort à presser les pédales, les faces du Grand Colombier m'ont dévoilées leurs beautés.

Enorme surprise quand j'apprends que la montée par Culoz est occupée par les cyclistes du Tour de l'Ain ce qui m'obligea à avancer l'heure de ma tentative pour me permettre d'acclamer ces champions."

 

A.C.: 11 Août 2002

"Ce petit mot pour remercier de leur accueil les personnes qui ont tamponné cette carte au travers de leurs petits mots d'encouragement, et plus particulièrement le gérant du Relais du Grand Colombier (croisé le matin) qui est resté ouvert après 18h pour nous attendre alors qu'il n'y avait pas âme qui vive du fait de la météo hivernale."

 

C.J.: 22 Juillet 2002

"J'ai bien réussi mon pari de passer les 4 faces, non sans mal bien sur car, il faut bien le dire, c'est un sacré morceau !..."

 

G.J.: 16 Juillet 2002

"Et un Fêlé de plus... Montée de Culoz superbe. Artemare: jamais vu ça... bien passé quand même en 30x24. Anglefort: dur après la pose de midi. Champagne: fatigué mais heureux. Moins long que le Ventoux mais plus dur. Rien à lui envier."

 

L.A.: 6 Juillet 2002

"C'est un magnifique parcours, dur comme on s'y attendait. Nous sommes vraiment très content de notre journée."

 

C.V.: 15 Juin 2002

"Ce fût une journée terrible, surtout Culoz à la mi-journée. Malgré tout, cette fois c'est fait. Ouf !!!!"

 

P.G.: 20 Mai 2002

"J'ai fais le Super BRA (300km - 5 grands Cols) et je ne suis pas descendu le vélo, mais là, rien à voir, ma dernière face par Champagne, le dernier km, et bien, je l'ai monté à pied, ainsi que les 1km500 à 12%..."

"Je n'ai pas pu rouler plus vite et surtout, pas moins vite car 4km/h en danseuse, c'était mon rythme."

"J'ai gravit le Grand Colombier en solitaire, sans en parler à personne par crainte de ne pouvoir accomplir le défi que je m'étais fixé; mais aujourd'hui, je suis fière d'être Fêlée..."

 

D.C.: 11 Septembre 2001

"J'ai été obligé de prendre des risques inconsidérés en descendant directement par Virieu le Petit, à 50km/h dans le passage à 19% (un fou...) pour rejoindre Champagne suffisamment tôt. La dernière ascension fut un véritable "Contre la montre" , terrible avec la fatigue accumulée, et la dernière descente sur Culoz fut achevée juste avant la nuit noire."

 

G.A.: 5 Septembre 2001

"J'en rêvais depuis longtemps (depuis que j'ai acheté l'atlas des Cols Vosges/Jura et encore plus depuis que j'ai visité votre site web), j'ai enfin eu l'occasion de venir "chatouiller" le Grand Colombier... Le versant de Culoz notamment et impressionnant mais le plus "exotique" et celui d'Artemare avec ses rampes à 20% (Ndlr: 22% ) . Je la qualifie d'exotique car je ne connais pas de montée comprenant de telles rampes sur une distance aussi longue."

 

S.G.: 3 Septembre 2001

"Je me refis une santé dans le replat mais, comble de malchance, je "perçais" juste avant d'attaquer les deux derniers kilomètres. Dans un sens, c'était bien pour récupérer mais cela cassa notre rythme et le final fut un véritable calvaire. Notre vitesse de progression était à l'image de celle des Sherpas himalayens. Mais quelle satisfaction de franchir ensemble pour la 4ème fois de la journée le sommet du Colombier"

 

J.R.: 2 Septembre 2001

"Yahoo, c'est ce que j'ai crié en arrivant au sommet, content et fier d'avoir réussi ce défi. J'ai apprécié les routes tranquilles et peu fréquentées, l'effort intense et soutenu, l'accueil et les encouragements des commerçants, les quelques rencontres effectuées. Magnifique la vue depuis le sommet et le coup d'oeil en montant Culoz. J'ai moins aimé la pluie, le froid, l'état du revêtement dans la descente de Culoz, l'accueil et l'ambiance à l'Auberge où j'ai mangé.

Une superbe journée, une magnifique découverte grâce à une confrérie dont je suis content de faire désormais partie."

 

M.D.: 20 Août 2001

"Journée inoubliable pour un cyclo. Saluons l'amabilité des commerçants qui valident la carte..."

 

J.D.: 25 Juillet 2001

"Je me doutais à l'apercevoir d'en bas que la montée par Culoz était belle. Elle est magnifique par la vue et rigolote par la succession de petits lacets..."

Ndlr: J'en connais qui ne rient pas tant que ça en grimpant Culoz...

 

J.D.: 25 Juillet 2001

"J'ai repris un énorme plaisir à cet exercice, assez extrême quand même... J'ai aussi vécu un face à face avec un chevreuil dans la descente sur Anglefort puis, dans la montée du même versant, je me suis arrêté pour admirer le vol d'un " Circaète Jean le Blanc" un peu plus foncé que son congénère rencontré dans le Col du Sabot quelques jours plus tôt"

 

J.D.: 25 Juillet 2001

"C'était beau mais dur, ça je m'en doutais, mais quel souvenir !!!

 

G.C.: 16 Juillet 2001

"Pour moi, Culoz est à la fois la plus belle montée et la plus belle descente. Y a-t-il des aigles qui nichent dans les falaises, en montant j'ai entendu piailler un oiseau dans la roche pendant qu'un autre, à l'envergure impressionnante, tournoyait au dessus de la vallée".

Ndlr: Si je ne pense pas qu'un couple d'Aigle Royal niche au Colombier, il n'est pas rare de voir un de ses oiseaux venir des Beauges ou du Massif du Semnoz pour casser la crôute en Bugey. Depuis Brillat Savarin, la gastronomie Bugiste est réputée...

 

R.G.: 28 Juin 2001

"Crevaison dans la descente... J'ai été heureusement aidé par un cyclo de Rumilly qui effectuait les 4 faces..."

Ndlr: L'entraide entre cyclos n'est pas un vain mot. Exemple à suivre par tous...

"Au sommet, le soleil était revenu et la vue sur le lac était absolument splendide. Je vous enverrais des photos"

Ndlr: Elles sont sur le site des Fêlés pour le plaisir de tous.

 

D.C.: 12 Juin 2001

"Vous remarquerez mon pointage dans une pharmacie, ce qui est tout à fait normal depuis que dans l'opinion publique il est admis que tous les cyclistes sont de grands malades dont les poches sont bourrées de produits pharmaceutiques illicites. En réalité, j'appartiens bien à cette catégorie puisque depuis 4 ans je roule avec un passager clandestin sur mon porte bagage que le milieu médical appelle cancer"

 

G.R.: 19 Septembre 2000

"Je suis arrivé au sommet de la 4ème ascension juste après le coucher du soleil que j'ai pu observer en montant. C'était superbe... Par contre je suis descendu dans la pénombre et je suis arrivé à Artemare à la nuit noire."

Ndlr: Attention, surtout en automne, le soleil brille encore en haut mais il fait déjà nuit en bas. Pensez à prévoir de l'éclairage si vous ne voulez pas redescendre à pied...

 

R.A.: 9 Septembre 2000

"Votre organisation est un magnifique vecteur de motivation. Sans vous, nous n'aurions jamais vécu cet exploit pour lequel il faut vraiment être Fêlé. Et je ne vous dit pas le temps de ce samedi 9 septembre: nous étions sur un nuage dans le domaine de l'imaginaire."

 

E.A.: 5 Septembre 2000

"Dans la descente sur Anglefort, j'ai été obligé de me réchauffer les doigt sur les jantes brûlantes. C'est pourquoi le feu, les peaux de moutons, l'accueil et le gratin dauphinois de l'Auberge du Grand Colombier ont été appréciés à midi...

La montée par Culoz est indispensable, les 7 premiers kilomètres sont exceptionnels."

 

G.L.: 31 Août 2000

"Au fur et à mesure des ascensions, je comprenais mieux pourquoi la confrérie porte ce nom..."

 

B.J.: 14 Août 2000

"...les pourcentages se montrent hostiles à toute facilité, mais quel accueil, aubergistes ou commerçants connaissent le but de votre visite dans cette magnifique région à pédaler. Il faisait très chaud ce 14 août, à passer juste après les pros du Tour de l'Ain"

Ndlr: Après avoir régulièrement franchit le Colombier,le Tour de l'Ain Pro se termine depuis 2 ans en son sommet.

 

A.R.: 1 Août 2000

"Grâce à votre brevet, nous avons vibré une fois de plus en relevant ce qui représente pour nous un véritable défi; nous qui habitons dans une région, certes très vallonnée, mais où les côtes dépassent rarement 150m de dénivelé.

La montée à partir de Virieu le Petit est véritablement redoutable... De tous les cols que j'ai gravis, je ne me souviens pas avoir rencontré de pareilles pentes, surtout aussi longues et sans aucun répit.

C'est là que j'ai entendu un craquement provenant de la roue arrière. Je pensais avoir cassé un rayon mais il n'en était rien. Ce n'est que le soir que je remarquais une fissure sur la jante arrière. Elle avait été arrachée sur 2 à 3 mm au niveau d"un rayon.

Quand je suis arrivé à l'Auberge, tout était fermé. Un homme fanait son foin au pied du bâtiment. Il me dit que le propriétaire était momentanément absent. J'ai attendu 20 mn en admirant le paysage. Puis, en discutant avec le monsieur,je compris qu'il devait être le propriétaire... . En désespoir de cause, je lui dit:"dommage que l'auberge soit fermée, je vous aurais bien payé une bonne bière". Sa réaction a été immédiate: "je sais où le propriétaire met la clef et je trouverais bien le tampon."

Lorsque nous sommes revenu à l'auberge pour la dernière fois, la salle était occupée par plusieurs clients et "l'homme de confiance du propriétaire" était bel et bien redevenu le patron... Sans rancune et dans la joie de la réussite, nous lui avons payé une seconde bonne bière!"

 

L.J.: 1 Août 2000

"Chaleur assurée en ce 1er août. Pour durcir cette épreuve, j'avais oublié mes deux bidons. Heureusement pour moi, j'ai eu la chance de croiser un camarade de club qui m'a prêté un de ses précieux récipients. Lors du pointage au sommet, je me suis refait une santé grâce à une omelette "montagnarde" dégustée face au Mont Blanc: le pied!!! "

Ndlr: les joie du cyclotourisme...

 

R.P.: 19 Septembre 2000

"J'ai pas mal de cols à mon actif (ceux du Tour de France), mais j'ai été réellement surpris par le Grand Colombier, surtout Artemare où j'ai mis pied à terre sur 500m."

Ndlr: je vous avais prévenu, il faut prévoir de bonnes semelles, ça peut servir...

 

R.G.: 19 Septembre 2000

"Je suis arrivé au sommet de la 4ème ascension juste après le coucher du soleil (sur les Alpes et le Mont blanc) que j'ai pu observer lors de la montée. Par contre, je suis descendu dans la pénombre, et suis arrivé à Artemare dans la nuit noire."

 

M.A.: 31 Mai 2000

"Les personnes qui ont pointé ont été très accueillantes, et merci à la cheminée de l'Auberge du Grand Colombier qui m'a permis de me réchauffer tout en me restaurant.

 

D.R.: 12 Août 1999

"Une seule remarque que nous tenons à porter à votre connaissance, (sachant que vous n'en portez aucune responsabilité bien sûr ); le mauvais accueil, (avec propos presque injurieux, et le mot n'est pas trop fort!) de la part des aubergistes.

Ndlr: Etant moi-même commerçant, je regrette que certains de mes collègues aient une drôle de notion de l'accueil. Heureusement, toutes les remarques de cyclos ne concernent qu'une seule et même auberge (et surtout la serveuse, le patron ne semblant pas en cause).

Pour l'anecdote, cette phrase lue dans une revue cyclo Belge et qui parlait également de la même Auberge: "si vous passez par là, arrêtez vous, cela vous évitera de vous rendre en Ardèche pour visiter l'Auberge Rouge..." : une renommée internationale dont le Bugey se passerait bien...

 

L.J.: 4 Août 1999

Je tiens à vous remercier pour cette balade terrible qui m'a fait découvrir un des cols les plus durs de France. C'est un super cadeau d'anniversaire. Mes jambes ont souffert pour mes 18 ans."

 

L.A.: 3 Août 1999

"C'est un défi physique indéniable avec une succession de pentes qu'on rencontre rarement, mais c'est aussi un site magnifique de lumière, de couleurs, d'odeurs, de paysages, avec lequel j'ai eu la sensation de communier.

Ce sont des moments insolites comme ce face à face avec une buse qui, prenant son envol dans l'aire de la route, a eu du mal à réaliser qu'un cycliste montait en cette heure matinale, ou comme la négociation avec un troupeau de vaches, bornées comme des pilotes d'AOM, qui bloquaient la route.

Ce sont des moments rigolos quand on se surprend à penser que l'on va pouvoir souffler, parce qu'une pente à 12% va se présenter...

Bref, c'est peu dire que je reviens enthousiaste... un grand moment de vélo."

 

D.P.: 18 Juillet 1999

"Etant de nationalité belge (Flamand!), de 94kg et avec 19% de taux de graisse (ai!), je ne suis pas particulièrement constitué pour grimper les montagnes. Depuis 4 ans, suite à un abandon complètement essoufflé dans la montée, je m'entraîne pour pouvoir monter le Grand Colombier par ses 4 cotés. C'est fait..."

 

V.M.: 10 Juillet 1999

"Rentrer dans votre confrérie n'est pas une sinécure. Le Grand Colombier se mérite. Parti pour 3 ascensions je n'ai pu en effectuer que 2. Je recommencerai cet automne."

 

S.J.: 5 Juillet 1999

"Ce fut une journée mémorable où, sans stress, les ascensions se sont succédées avec bonheur. Seule la chaleur (32°C à l'ombre) et quelques insectes opiniâtres, ont essayé mais en vain de gâcher la fête. Ma formule pour les futurs Grands Maîtres: 2 le matin - 1 à midi -1 le soir."

 

L.Y.: 23 Avril 1999

"Départ sans problème jusqu'aux Bordézes . Ensuite, surprise, une fine couche de neige tombée dans la nuit recouvrait la route..."

Ndlr: le candidat montera à pied jusqu'en haut soit 8km en 2 h, avant de redescendre par le même moyen en 1h25. La neige ayant fondue, il arrivera tout de même au bout des 4 ascensions malgré un violent orage dans la dernière descente et surtout des cales qui avaient beaucoup souffert des 8km à pied. Deux jours après, la route était coupée entre Culoz et le Colombier par un énorme éboulement. Elle restera fermée 2 ans.

 

G.B.: 9 Avril 1999

"Avec mon braquet de 30X23, je n'ai pu faire que 2 ascensions. Monté en force dès Anglefort, j'ai payé comptant ces efforts dans Champagne que j'ai terminé à pied.

Beau temps, vue enneigée, formidable. Cet été, je reviendrai dans votre belle région car, s'il est tout à fait honorable d'être Membre de la Confrérie, être Grand Maître me ferait bien plaisir."

 

B.B.: 22 Septembre 1998

"Le 13 septembre, il fallait être Fêlé pour faire 2 faces avec le froid puis la neige l'après-midi. Mais le 22 septembre, j'étais encore plus Fêlé pour faire 4 faces, malgré un beau soleil retrouvé..."

Ndlr: en 1998, pas de pique-nique au sommet pour notre concentration annuelle, il neigeait... ce qui n'a pas empêché quelques courageux de devenir Fêlés..."

 

W.M.: 6 Septembre 1998

"Quelques impressions à chaud:

- La plus belle montée: Pas de doute possible, Culoz est une merveille

- La plus difficile: Artemare. Même si on s'y attend, ça surprend quand même.

- La plus surprenante: Anglefort. Elle nous a fait souffrir. Pas de répit et, en 3ème montée, elle nous a fait souffrir.

- La plus humide: Champagne. La météo , très clémente jusque là, nous a lâché pour l'ultime montée.

L'absence de véhicule durant cette randonnée nous a agréablement surpris, des points de vue fort nombreux sont autant de récompenses. Bref, nous avons été épatés."

Ndlr: il n'est pas rare, si vous tentez l'aventure en semaine, de compter les voitures rencontrées sur les doigts d'une main. Comme partout en montagne, il n'est pas non plus exceptionnel de se "prendre" un orage en fin de journée (surtout en Août).

 

C.R.: 3 Septembre 1998

"Votre circuit est splendide, digne des brevets ou des cyclosportives les plus difficiles. Nous ne nous rendions pas compte de ce que représentent de tels pourcentages, effrayants au début, mais on s'habitue et on serre les dents (de la bouche, à défaut d'un triple plateau qui aurait été bien utile...)"

 

H.M.: 1 Septembre 1998

"Je suis venue hier dans votre belle région du Bugey afin de venir à bout du "terrible" Grand Colombier dont un ami cycliste m'a si souvent parlé....

...j'ai effectué avec grand plaisir 2 ascensions et je comprends beaucoup mieux aujourd'hui le terme "Fêlé"...

...Le versant coté Culoz fait découvrir un paysage magnifique dont je garde encore plein d'images dans les yeux."

 

L.J: 1 Septembre 1998

"A l'hôtel Michallet, à Artemare (où nous avons eu un excellent accueil en arrivant à 21h le samedi, sans réserver...), nous avons longuement conversé avec un vigneron de Beaune de 68 ans qui allait bientôt devenir le doyen des Fêlés si j'en juge par l'article de Cyclo Passion."

Ndlr: et qui est de plus en plus le doyen puisqu'il vient de s'offrir 4 faces pour fêter ses 70 ans.

 

B.P.: 31 Août 1998

Ndlr: pour les matheux, quelques stats "cardiaques"

"ci joint , mes pulsations cardiaques par montée:

-Culoz: 6mn à moins de 120, 68mn entre 120 et 140, 29mn à plus de 140

- Artemare: 3mn à moins de 120, 39mn entre 120 et 140, 60mn à plus de 140

- Champagne: 10mn à moins de 120, 50mn entre 120 et 140, 39mn à plus de 140

- Anglefort: 10mn à moins de 120, 88mn entre 120 et 140, 9mn à plus de 140 "

 

H.E.: 31 Août 1998

"Il y a des tarés qui inventent des choses complètement cinglés, ensuite, d'autres givrés vont faire ce que les tarés ont préparé ; et tout ça pour devenir complétement FÊLES...

... Champagne... la plus facile qu'ils disent... Au bout de 4 montées, elle fait très mal."

 

G.R: 31 Août 1998

"J'ai escaladé la première fois le Grand Colombier en juillet 94.

Une route taillée dans la roche, de superbes paysages, de paisibles pâturages, un panorama grandiose: tous les éléments pour classer le Colombier parmi les "Montagnes Sacrées".

Depuis, j'ai escaladé plusieurs fois le Grand Colombier avec, à chaque fois, le même plaisir de vivre un moment fort dans un site exceptionnel. Beauté, difficultés, les mots ne suffisent plus.

Alors, appartenir à un club de passionnés de cette montagne qui me fait rêver... je veux être Grand Maître...

Fred, mon compagnon, a oublié ses chaussures à cales automatiques et c'est en basket qu'il effectue la montée. Il accusa bien vite les contrecoups d'un pédalage anarchique. Dés que les pourcentages s'accentuent, il décroche et aura beaucoup de courage pour terminer.

... journée inoubliable, moments incomparables, oh, Grand Colombier, je te salut toi, le magnifique."

Ndlr: Poète et Fêlé ou Fêlé et poète... Cela n'est pas incompatible.

 

P.J.: 8 Août 1998

"Bravo pour ce défi formidable, bravo pour la région et bravo pour le vélo.

D'autant plus que les différents commerçants qui ont validé ma carte de route se sont montrés particulièrement accueillants."

 

H.J.: 24 Juillet 1998

"Déjà costaud de devenir Maître, alors de là à être Grand Maître...

Bien content tout de même. Il est vrai que nous sommes partis tard à cause de la Finale de la Coupe du Monde mais, pas d'excuse, c'est costaud. Je reviendrai faire la 4ème face un autre jour."

Ndlr: ça ne marchera pas pour devenir Grand Maître. Il faudra refaire les 4 (avant la Coupe du Monde 2002...)

 

D.T.: 24 Juillet 1998

"Nous vous remercions de nous avoir fait découvrir cette magnifique région. L'accueil fut chaleureux à Cormaranche et le week end presqu' entièrement ensoleillé.

Le Grand Colombier nous a paru digne des plus grands sommets. Dommage que nous soyons parti un peu tard pour devenir Grands Maîtres (finale de la Coupe du Monde oblige...)

Nous reviendrons."

 

I.G.: 21 Juillet 1998

"Le BRHB 1997 m'a donné envie de relever le challenge du Grand Colombier.

Heureusement que j'ai commencé par Culoz car, au retour, la température atteignait 40°C."

Ndlr: La chaleur peut être très forte dans les passages en falaise qui surplombent Culoz. Evitez de monter l'été entre 11h et 16h.

 

D.T.: 16 Juillet 1998

"Le tampon de la deuxième face est sur une feuille volante. En effet, ma carte de route est tombée de ma poche au début de la descente mais je l'ai miraculeusement retrouvée lors de la montée suivante.

Mis à part la raideur des montées, nous avons passé un excellent week-end dans une superbe région avec de magnifiques panoramas."

 

L.H.: 18 Juin 1998

"Je craignais que mes 66 ans - 3 mois - 20 jours ne constituassent un handicap insurmontable mais il n'en fut rien. J'ai certes souffert, comme tout le monde, au dessus de Virieu le Petit, et pour le restant de cette ascension n°3, mes jambes étaient "cassées", mais je les ai retrouvées à temps pour la dernière montée."

 

P.J: 24 Mai 1998

"Nous avons démarré par le coté le plus difficile car nous étions logés à Artemare. Nous sommes passés à vélo dans le 12% mais j'ai du monter à pied les 14 et 19%. J'ai commencé à me poser de multiples questions car, compte tenu de mon grave accident de 1997, ma ré hospitalisation en février, 3 anesthésies générales, des dizaines de litres d'antibiotiques,etc... , je savais que j'étais trop juste. A ce moment là, je pensais que nous ne pourrions effectuer que 2 montées. Heureusement, dans la montée d'Anglefort, j'ai retrouvé un semblant de forme, et surtout le moral.

Alors, petit à petit, avec de multiples arrêts, nous sommes arrivés au bout des 4 ascensions."

Ndlr: Le vélo est une bonne thérapie et une superbe école de courage.

 

S.M: 4 Octobre 1997

"Sans la confrérie, je ne me serais jamais attaqué à ce genre de parcours qui parait irréalisable au premier abord. Je garderais un très bon souvenir de cette épreuve malgré le regret de n'avoir pas cru en mes chances de réaliser 4 montées et d'avoir prévu mon départ une heure trop tard."

 

S.B: 21 août 1997

"Carte de route remplie, non sans peine et sueur, surtout dans la 4ème ascension où j'ai usé mes semelles dans la partie à 19%"

Ndlr: je conseille de commencer par Artemare. Le passage à 22% est plus "digeste" en début de journée.

 

F.D.: 20 août 1997

"Nous avons beaucoup apprécié cette journée. Beaucoup souffert aussi. La formule de l'épreuve est très bien: date libre, pas d'esprit de compétition, bon accueil pour les tampons, facilité de ravitaillement. N'y change rien."

 

C.G.: 24 août 1997

"La galère a commencé dans la 3ème montée au départ d'Artemare. J'ai franchi le fameux passage à 19% à la modeste vitesse de 3,5km/h... à pied. Mon braquet de 32X28 était encore trop gros."

Ndlr: je vous l'avais dit de commencer par Artemare...

"Une pause nécessaire à l'Auberge du Grand Colombier (je recommande les fromages blancs à la crème !...) et je plongeait sur Culoz pour la 4ème ascension. J'étais complètement à la ramasse, mais avec une dizaine d'arrêts, justifiés aussi par les points de vue superbes, j'en suis venu à bout."

 

L.J.: 14 août 1997

"Je suis arrivé au terme de cet exercice quelque peu difficile. Avec le soleil en fin de journée, après avoir bravé brouillard et pluie le matin, la fatigue en devient presque agréable. C'est vrai que cet endroit devient mythique, quel beau panorama. Il faut reconnaître que ça aide beaucoup."

 

T.J.: 13 août 1997

"Je garderais un excellent souvenir de ce magnifique périple et de l'accueil convivial de l'Hôtel Restaurant Michallet à Artemare. J'ose même le recommander..."

Ndlr: c'est fait...

 

M.B: 15 septembre 1996

"La bête a été affrontée et vaincue. Cependant, elle reste toujours aussi présente et destructrice à narguer le premier Fêlé venu.

Impossible de trouver une date plus tôt dans la saison. Le retard fût certainement à notre avantage car, en période estivale, une telle épopée doit être dévastatrice."

 

R.A.: 14 septembre 1996

"Il n'y avait sur la route que des inscriptions d'encouragement pour Claudine et Charly. Rien pour moi. C'est pourquoi j'ai arrêté après 4 ascensions. J'ai pris beaucoup de plaisir. Formidable. Tous mes remerciements."

 

P.J.: 2 septembre 1996

"Par moment, il faut savoir serrer les dents, dans les pourcentages difficiles mais surtout à 3 km du sommet dans la brume, le vent et le froid. Mais grâce aux affaires d'hiver que j'avais apporté dans ma petite sacoche et au pharmacien de Champagne qui m'a encouragé lors de la dernière ascension, j'en suis venu à bout."

 

F.F: 28 août 1996

"J'ai effectué 3 ascensions le 26 juillet. Hélas, cette journée m'a un peu déçu...

D'abord j'aurais préféré le jeudi 25 au vendredi 26 mais il était trop tard pour changer de jour. Pourtant, au départ de Culoz, tout allait bien et la météo était bonne. La 1ère montée se passait bien malgré les gravillons dans les derniers km que je retrouvais au retour. J'ai beaucoup moins apprécié le détour long et ennuyeux par Champagne. En plus les commerçants ne sont pas aimables. Pas étonnant que les villages se dépeuplent. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, ma montre c'est arrêté! et bien sur, les gens du coin n'ont pas de montre. J'ai du me fier au soleil pour savoir l'heure. D'ailleurs, le soleil tapait fort ce qui explique mon temps médiocre dans la troisième montée. J'avais encore le temps de faire une 4ème montée mais j'étais démoralisé et je préférais rejoindre Culoz. Le lendemain, je quittais Culoz, une petite ville accueillante, même si la bouffe n'y est pas terrible..."

Ndlr: méfiez-vous des Vendredi 26...

 

C.B.: 27 août 1996

"Quel défi, oh combien difficile. Néanmoins, en prenant son temps, on arrive à ses fins."

 

H.Y.: 9 mai 1996

"...J'ai calé dans le passage à 19% et j'ai chaussé mes tennis sur environ 800m. (Ndlr: quand je vous dit de prévoir de bonnes semelles...) Il y aurait d'ailleurs, parait-il, un passage à 22% . Ca m'a été confirmé par un bûcheron, par Mimile le patron de l'Auberge et par un gars avec qui j'ai discuté au resto de Champagne..."

"En redescendant sur Culoz, le paysage était si beau, notamment dans les virages taillés dans la roche, que je me suis arrêté pour admirer la vallée et le lac. En redémarrant, j'ai surpris deux biches qui se promenaient sur la route. Surprises, elles se sont jetées dans le ravin abrupte à cet endroit, et ont entamée une descente aussi rapide que bruyante, dans un bruit de pierre. Dans le virage suivant, la route était littéralement barrée par l'éboulis qu'elles venaient de provoquer. J'ai enlevé suffisamment de cailloux pour pouvoir passer sans encombre, surtout que j'allais bientôt devoir repasser dans l'autre sens et que je savais déjà que j'allais souffrir..."

Ndlr: il marche, il discute , il bouffe, il admire, il fait du terrassement, mais il ne pédale pas souvent...

 

F.C.: 29 août 1995

"Voila une affaire qui me trottait dans la tête depuis le dernier BRHB où j'avais mal digèrè le Grand Colombier. Je m'étais promis de venir lui régler son compte entre 4 zieux. C'est fait..."

 

D.J: 11 août 1995

"En guise de conclusion, j'ai trouvé la montée de Culoz particulièrement dure à cause de la chaleur. J'invite toute personne tentée par une cinquième ascension d'y réfléchir à dix fois, et tout le long des montées successives !!!"

 

L.J: 2 août 1995

"En descendant le passage à 19%, un segment de 25cm de ma jante avant s'arrache suite à l'éclatement du pneu, heureusement sans chute de ma part. J'ai regagné Virieu le Petit où une personne me conduisit en voiture jusqu'au marchand de cycle d'Artemare..."

Ndlr: je rappelle que nous conseillons d'éviter de descendre par les 19%, trop dangereuse en cas de problème mécanique - Il est préférable de descendre par Lochieu puis de reprendre la route de Virieu le Petit aux Bordézes

 

T.J: 6 juin 1995

"La journée a été dure. Le mauvais temps, humide, les portions à 22%, les descentes sinueuses, les vaches sur la route, le brouillard (je ne voyais parfois pas à plus de 3 m), les cailloux sur la chaussée, et une chute à 2km du sommet de la 3ème ascension, l'axe de pédalier venait de casser !. Mais je reviendrais fin juillet pour faire 4 montée"

Ndlr: il y a des jours où l'on ferait mieux de rester couché... Heureusement, tout c'est bien passé en août pour les 4 montées, et le soleil était au rendez-vous.

 

G.J.: 1 septembre 1994

"Le Colombier n'est pas une montagne quelconque, c'est bien un Grand qui possède une âme"

"Avec une diagonale Menton-Hendaye suivie immédiatement d'un raid Hendaye- Cerbère en juin, un Thonon -Trieste facile mais caniculaire en juillet, il est normal que je n'ai pas souffert exagérément dans les 4 montée du Colombier. Il n'en reste pas moins que la journée a été dure... et que je me suis fait avoir dans le mur à 19%. Dérailleur défaillant ou non, je ne sais pas si je serais passé."

Ndlr: le candidat a du passer à pied, la chaîne refusant de grimper sur le grand pignon.

 

F.P.: 17 juillet 1994

"Voila, c'est fait. Il faut vraiment être Fêlé pour faire "ton Truc". Anglefort a vraiment été très dur. Chaleur, pas d'ombre et pas de répit avant la Sapette. En haut, j'étais cuit comme un oeuf.

Enfin, grâce à toi une belle journée que je ne suis pas prêt d'oublier."

Ndlr: et pourtant, il a déjà fait tout ce que le cyclisme compte comme épreuves titanesques...

 

P.P.: 14 juillet 1994

"C'est avec une immense joie mêlée de respect, de prudence et d'une certaine émotion, que j'ai pris le départ d'Anglefort. En effet, au cours du BRHB, il y a un an, j'ai terminé à l'hôpital, complètement Fêlé, suite à une grave chute dans le Col de la Biche (Ndlr: le voisin du Colombier). 8 mois d'inactivité, une reprise du vélo en mars, et aujourd'hui je suis de nouveau Fêlé..."

 

G.G.: 27 juin 1994

"Dans la montée d'Anglefort, le thermomètre affichait 34 à 35°C , pas un poil d'ombre ou de vent et de plus un temps très très lourd. J'abandonnais après 3 faces, pas mal aux jambes mais vidé par la chaleur"

 

S.G.: 21 juin 1994

"...je n'ai pu monter que 3 fois. En effet, j'ai éclaté 2 fois dans la descente à 19% et j'ai du faire 3,5km à pied (Ndlr: je vous ai déjà dit que c'était dangereux...) A Virieu le Petit, une aimable dame m'a emmenée en voiture jusqu'à Artemare chez un marchand de cycles qui hélas était fermé.

J'ai du abandonner mais, de toute façon, je suis heureux."

 

C.C.: 4 novembre 1993

De l'inconvènient de se retrouver avec un vélo de location pour devenir Fêlé:

"La montée, même dure avec 42 dents et sans porte bidon, s'est bien passée, mais, quand il a fallut redescendre, j'ai cru que ma dernière heure avait sonnée.

Du fait de la fourche avant faussée, le vélo tremblait et freinait par à-coups. La roue arrière voilée et la jante en acier ont eu raison des patins arrières au bout de 2km. J'ai fini la descente à pied.

Le Grand Colombier, c'est dur mais quelle vue! A refaire..."

 

L.J.: 4 septembre 1993

"18h30. Pour la 4ème fois de la journée nous franchissons le col du Grand Colombier. Instant magique et inoubliable où nous débouchons au sommet sur une vue magnifique des Alpes qui se découvrent en cette fin d'après midi. Je vous remercie de nous avoir fait découvrir ce merveilleux coin de France que nous n'oublierons pas (les cuisses et les mollets surtout)"

 

A.M.: 3 septembre 1993

"Départ de Grenoble à 5h - Anglefort sur le vélo à 6h30 - Photo - Il fait froid - Il fait nuit - Pas de problème pour monter, le 14% ne se voit pas - En haut: tempête - Vent - Brouillard - Vite à Culoz - Café, casse croûte, il fait beau - En haut il fait encore frais - Artemare - Casse croûte plus sérieux et le 19% (même 23 disent certains) (ndlr: 22%) - Assez dur jusqu'en haut - Lochieu, c'est facile - Mais non, mais non, enfin, pas trop... - Nous savons déjà que l'affaire est faite - Une bonne bière et retour à Anglefort très content de nous car nous n'étions pas sur d'y arriver - Après le Ventoux, il nous fallait le Colombier..."

 

A.M.: 9 août 1993

"Plein de considérations pour ce col dur, je l'ai fait très doucement, profitant au maximum du paysage:       vue sur le Rhône et le lac du Bourget, découverte du Mont Blanc beaucoup plus haut. Le sommet est magnifique."

 

R.C.: 22 juillet 1993

"4ème montée par Anglefort. Après bien des hésitations, je me suis lancé.

Les premiers km... un calvaire... mais, miracle du vélo, la fraîcheur du soir aidant, j'ai retrouvé le rythme. Et le Grand Colombier m'a alors offert une vue superbe sur le Mont Blanc...

Je suis ravi d'être un Fêlé, tout au mieux un peu plus car je l'étais déjà (disait ma femme)"

 

T.J.: 22 juin 1993

"Je suis Fêlé ...mais je me soigne. Malgré la douleur du traitement, en cas de récidive, je recommencerai. On est tellement bien après..."

 

T.P.: 09 mai 1993

"Grande est ma satisfaction d'avoir pu réaliser les 4 faces dans la même journée. C'est sans doute une de mes plus mémorables sorties cyclomontagnardes"

 

Raphael Geminiani

"Le Grand Colombier, c'est le col le plus dur de France"

Ndlr: Peut-être pas le plus dur mais il est dans le peloton de tête.

 

Et comme disait Michel AUDIARD:

"Bienheureux les Fêlés car ils laisseront passer la lumière"